Young Adult ???

Depuis de nombreuses semaines, je me pose énormément de questions, quasi existentielles, sur la littérature dite Young Adult.
Mais qu’est-ce que c’est ???

Entre parenthèses, je me fais la réflexion de la mode d’aujourd’hui à classifier, sous-classifier et déclassifier ce qu’on lit. Ça ne vous fatigue pas vous ? Moi, si.
Je me souviens, de mon temps, que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, comme tout était plus facile ; on lisait de la SF, du fantastique ou de la fantasy, puis c’est tout.
J’imagine un jour un écrivain venant me voir :
« Heu… bonjour, j’écris de la bit-lit, mais pas de la dark fantasy, hein ? Plutôt de l’urban à tendance chick lit. »
« … »
Les trois points de suspension correspondent à la réponse que je suis susceptible de faire si l’un de vous m’interpelle en ce sens.

Bon, qu’est la fiction Young Adult ?
Apparemment ce serait une littérature destinée aux 15 à 21 (voire 25) ans, ne comportant aucune référence (ou très peu) à la violence, au sexe, à des termes orduriers… Comme si à cet âge-là on ne connaissait rien aux termes orduriers, au sexe et à la violence !
J’imagine le jour où on va inventer la littérature Old Adult, remplie de violence, de sexe et de termes orduriers…
Entre les deux, savoir ce que l’on va y mettre ?
Personnellement, à 46 ans, un peu à la croisée des chemins, je ne me demande jamais si je lis de la young adult ou non.
Et je considère qu’à partir de 15 ans, on est capable de se faire soi-même son avis sur ce qu’on lit, sur ses goûts, sur ses attirances.
J’aime lire JK Rowling et j’aime lire Nietzsche (je ne sais jamais comment ça s’écrit) et je pense que tout le monde a droit d’élargir son horizon littéraire, quel que soit son âge, sans être obligé de lire tel ou tel genre littéraire. Je considère également qu’à 15 ans on n’est pas aussi idiot que ce qu’on pense et on n’a pas besoin de lire du texte SMS pour comprendre quelque chose.

« Mais pourquoi il nous raconte tout ça ?? » allez-vous dire !!

C’est bien simple. La collection Imaginarium de L’ivre-Book est destinée aux littératures de l’imaginaire quelles que soient leurs tendances.
Je sais que je vais publier, sur 2015, des auteurs, dont la lecture m’a donné beaucoup de plaisir, dont le style est magnifique mais que certains seraient tentés de classer dans cette fameuse catégorie Young Adult (Ena Fitzbel, Agnès Rabotin, Laëtitia Millet, Helka Winter, et j’en oublie).
Je sais aussi que j’ai déjà publié du Young Adult sans même le savoir (Alice Pervilhac, Céline Thibaut, Christophe Rosati, et j’en oublie également).

Pour tous ces futurs romans, j’ai décidé de conserver la collection Imaginarium, car je pense que tout fan de l’imaginaire n’a qu’un mot dans son esprit : Imaginaire…
Par contre, pour mieux vous aiguiller, j’essaierai de mettre systématiquement un extrait gratuit sur ma boutique afin de mieux vous frotter à l’ambiance du roman.
Entre nous, histoire de mettre un peu de piment publicitaire à cet article, je vous rappelle bien entendu l’adresse de cette boutique. Vous pouvez taper www.ivrebook.fr.

Et merci de m’avoir lu.

LR

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Young Adult ???

  1. Bifrost dit :

    Quand on regarde la définition Wikipédia du YA, la sexualité figure dans les problématiques abordées 😉 (entre autre avec les problèmes familiaux, grandir et s’épanouir hors de la famille, l’identité… Autant de questionnements auxquels sont confrontés les jeunes).
    Ce n’est pas un genre à proprement parler, c’est une cible, ça ne concerne pas uniquement les littératures de l’imaginaire. C’est une littérature de transition, qui aborde des thèmes auxquels les jeunes gens de cet âge s’attachent. Ce n’est pas une question de compréhension.
    Après, comme toutes les cibles commerciales, elles ne sont pas vraies ni pour tout le monde, ni pour tous les livres, mais n’empêche que ça marche sacrément bien…

  2. Amen ! Je ne sais jamais quoi dire quand on me demande de mettre ce que j’écris dans une case. Tout est si codifié, figé… La plupart de mes écrits ont un peu de ci, un peu de ça (raison pour laquelle ils ont été si souvent rejetés : les libraires ne sauraient pas où les ranger !!!!!).
    Au moins avec de larges catégories, on se prend moins la tête et surtout : on se garde une part de surprise.

  3. nathanturner dit :

    Le M/M ! Mais pourquoi le M/M ? On est obligé de tout foutre dans une case ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s